LLAC: URBAN STUDY NEUCHÂTEL
competition / 2012

Ilots urbains: Trois insertions de logements à haute densité sont disposées dans la forêt qui surplombe la ville. Chacune de ces insertions prend une forme spécifique et s'organise autour d'un ou de plusieurs espaces collectifs. Ces îlots encadrés par la forêt sont séparés de la ville. Un îlot peut accueillir environ 2700 habitants, c'est-à-dire à peu près 1000 appartements et peut être réalisé en trois phases de 333 appartements.

Connections: Les trois îles sont connectées directement au tissu urbain existant par un système de funiculaires rapides dont les arrêts se trouvent à proximité de nouveaux parkings souterrains. Une place de parking pour deux appartements est prévue, anticipant une ville où le rôle de la voiture sera réduit. Ces parkings sont à leur tour connectés directement aux tunnels autoroutiers ou aux routes principales.

Le temps maximal pour  rejoindre une « île » depuis sa voiture doit rester en dessous de 10 minutes. Le parcours le plus long entre deux haltes sur l'ensemble des lignes est de 1200 mètres. En prenant en compte  une vitesse de déplacement des cabines de 3 m/S et en ajoutant le temps nécessaire à l'accélération et au freinage on reste en deçà de 10 minutes de trajet. Les autres portions des lignes seront parcourues plus rapidement.

Funiculaires: Une nouvelle ligne de funiculaire devra être construite parallèlement aux lignes existantes qui seront prolongées ou réhabilitées. Ce système de transport particulier nous permet de réaliser des habitations qui sont situées au milieu de la forêt tout en étant virtuellement au centre-ville. La distance physique existant entre les îles est donc court-circuitée par ces liaisons rapides. Les haltes, greffées sur le tissu urbain, deviennent en quelque sorte une extension des halls d'entrée des habitations et la cabine du funiculaire s'utilise comme un ascenseur qui mène aux logements.

Cet usage d'un moyen de transport très particulier à une agglomération et lié à son développement devient ainsi un élément reconnaissable qui fait partie de l’expérience urbaine de Neuchâtel. Par analogie, on peut penser au tramway de San Francisco, aux bus impériaux de Londres ou encore aux vaporetti de Venise.

Promenades urbaines: La connexion rapide du funiculaire est doublée par un parcours lent, adapté aux accidents du relief et connectant, lui-aussi les îlots urbains avec la ville. Les trois promenades, articulées par une succession de volées d’escaliers et petites places, renforcent le  réseau des chemins piétons déjà présent et lui confère, localement, un usage dont la forme est plus composée et dessinée.

Lobbys urbains: Aux intersections des lignes de funiculaire et des parcours piétons une halte est installée et des espaces que l’on peut qualifier de « lobbys urbains » sont créés. Ces nouveaux lieux injectent une nouvelle densité dans la ville. La ville est, en quelque sorte densifiée dans ses activités en étant épargnée dans sa forme. De nouveaux programmes pourraient compléter l'offre actuelle en se greffant plus ponctuellement sur les lignes de funiculaires.

Compositions: Chacune des trois îles a sa propre composition. Elles s'organisent cependant toutes autour d'un espace semi-public central délimité  par l’orée de la forêt et par les bâtiments. Ces espaces sont des places urbaines délocalisées en pleine nature. La grande échelle et la densité de ces îlots sont contrebalancés par la présence très forte de la forêt et de la vue sur les alpes.

La forme de ces extensions révèle une volonté de rupture avec la logique qui a prévalu jusqu’à aujourd’hui. Neuchâtel s’est principalement étendue par addition de bandes parallèles aux rives du lac, en continuant ce principe la forêt serait repoussée de plus en plus loin du centre historique. Le renversement proposé par l’insertion d’îlots denses organisés perpendiculairement aux rives permet le maintient de la proximité entre la ville et son dehors, la forêt.